Fermeture de l'alerte

Témoignages

10 octobre 2021  > 17 octobre 2021 actualités , évement

A l'occasion de l'exposition sur l'abolition de la peine de mort, entendez les témoignages forts, de divers intervenants au Panthéon.

Témoignages de femmes dans le cadre de la Journée mondiale contre la peine de mort

En partenariat avec ECPM (Ensemble contre la peine de mort) et le Barreau de Paris.

Cette année, la Journée mondiale contre la peine de mort met en lumière les conséquences de la peine capitale sur les femmes. 

S’il est indéniable que, sous certaines circonstances, les femmes sont moins exposées aux risques d'exécution et qu'elles bénéficient parfois de peines plus légères, on estime que 500 d’entre elles sont actuellement dans les couloirs de la mort globalement. De quelle manière la peine de mort affecte-t-elle les femmes ? De quelle manière les rôles de genre, tels qu'ils sont perçus, jouent un rôle au moment de l'arrestation, le procès et la condamnation ? Les recherches effectuées indiquent que les normes de genre jouent souvent un rôle dans la manière dont les femmes condamnées à mort sont représentées - comme des femmes fatales, des tueuses d'enfants, des sorcières, etc. et sont donc soumises à des préjugés sexistes. 

Le Panthéon et ECPM les mettent à l’honneur et vous invitent à venir partager les expériences d’une épouse et d’une mère de condamnés ainsi qu’une ancienne condamnée à mort lors d’un moment de témoignages inédite.

Avec Aminata Niakaté, Présidente d’ECPM, Laurence Krief, secrétaire de la Commission internationale du Barreau de Paris.

PARTICIPANTS  

- Suzan Kigula, Ancienne condamnée à mort, Ouganda

Condamnée à mort en Ouganda en 2009 pour avoir tué son mari, Suzan Kigula n’a jamais cessé de clamé son innocence. Fondatrice d’une chorale de détenues dans le couloir de la mort, diplômée en droit de l’Université de Londres, elle a finalement obtenu sa libération au terme de quinze années de prison et est sotie en janvier 2016. Elle a depuis fondé la Suzan Kigula African Child Foundation.

- Sandrine Ageorges-Skinner, membre du Conseil d’Administration d’ECPM, épouse de Hank Skinner, condamné à mort dans l’état du Texas aux Etats-Unis. Sandrine Ageorges-Skinner se bat depuis ses quinze ans pour l’abolition de la peine de mort, en France, comme aux États-Unis. La défense de son mari, Hank Skinner, condamné à mort il y a vingt-six au Texas pour un triple meurtre qu’il a toujours nié, est devenue le ciment de son engagement.  Avec lui, elle se bat pour améliorer les conditions de détention des condamnés à mort, sujet pour lequel elle a effectué de nombreuses recherches d’ordre juridique et médical, en collaboration avec des experts américains. 

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Dimanche 10 octobre 2021 à 15h30 à 16h30

Sans supplément au droit d’entrée / Sans réservation

Témoignage de Mohamed Cheikh Ould Mkhaitir, ancien condamné à mort en Mauritanie

A l’occasion du 40ème anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France, ECPM organise une rencontre exceptionnelle avec Mohamed Cheikh Ould Mkhaitir, ancien condamné à mort en Mauritanie, aujourd’hui réfugié politique en France. 

Blogueur mauritanien, Mohamed Cheikh Ould Mkhaitir, avait été arrêté en 2014 après avoir publié un article dans lequel il dénonçait l’instrumentalisation de la religion pour légitimer les discriminations envers la caste des forgerons. Il avait été condamné la même année à la peine de mort pour apostasie sur la base de l’article 306 du Code pénal par la Cour criminelle de Nouadhibou. Il s’agissait de la première utilisation de cet article depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960. 

Après une campagne de mobilisation internationale de grande ampleur et près de cinq années en détention, il a finalement été libéré en août 2019.

Pour la première fois, Mohamed Cheikh Ould Mkhaitir reviendra publiquement sur son histoire. 

PARTICIPANTS  

  

- Mohamed Cheikh Ould Mkhaitir 

Jeune bloggeur mauritanien, Mohamed Cheikh Ould Mkhaitir a été condamné à mort en 2014 pour apostasie. Libéré en août 2019, il est désormais réfugié politique en France. 

- François Croquette, ancien ambassadeur de France pour les droits de l’homme. 

Diplomate de carrière, François Croquette fut ambassadeur de France pour les droits de l’homme de 2017 à 2020. A ce titre, il fut l’un des grands témoins de la mobilisation internationale qui s’est développée pour la libération de Mohamed Mkhaitir.

Demba Tandia, musicien, auteur compositeur mauritanien, zaza production. 

- Avec Julia Bourbon Fernandez, coordinatrice MONA, ECPM.

INFORMATIONS PRATIQUES

Dimanche 17 octobre 2021 à 15h30 à 16h30

Réservation obligatoire en ligne ici

MenuFermer le menu