Espace enseignant

L’église Sainte-Geneviève, édifiée par l’architecte Soufflot à partir de 1764 sur ordre de Louis XV, devient Panthéon en 1791. Temple laïc dédié au culte des grands hommes, le Panthéon est un exceptionnel témoin de l’histoire de la France du XIXe, XXe et XXIe siècle. L’architecture néoclassique, les peintures, les sculptures et l’expérience scientifique du pendule de Foucault confrontent en ce lieu de mémoire nationale, symboles religieux et républicains dans une approche interdisciplinaire.

Les élèves bénéficient d’une sensibilisation forte aux valeurs civiques et républicaines grâce à la découverte des « panthéonisés », de leur parcours et de leur pensée (Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Jean Jaurès, Jean Moulin, Pierre et Marie Curie...). 

Pour vous rendre sur le site internet dédié à l’exposition « Quatre vies en résistance » et découvrir les ressources pédagogiques, cliquez ici.

DEUX NOUVELLES VISITES-ATELIERS :

- « Résistances » : Visite en lien avec les quatre entrants au Panthéon le 27 mai 2015 et l’exposition Quatre vies en résistance se tenant dans le monument.

- « Laïcité : un processus » : L’occasion de donner de la matérialité à cette notion complexe et d’en comprendre le cheminement en France.

Visite atelier : 2 h 00 (2 h 30 le mercredi) – 110 € (61 € REP) – Du CE2 au Lycée

Renseignements : 01 44 32 18 01.

Réservation obligatoire des visites ateliers 1 mois minimum avant le jour de la visite : resaoffreeducative.pantheon@monuments-nationaux.fr

Activités

  • Média et opinion publique

    Panthéon

    Visite-atelier : 2h00
    Parcours-découverte : 1h30

    Le Panthéon a trouvé sa place dans le paysage médiatique national. Il est devenu, surtout depuis l’investiture de François Mitterrand, un rendez-vous obligé pour tous les présidents de la République tant il est vrai que la cérémonie de transfert des cendres d’un Grand Homme contribue à façonner dans l’opinion publique l’image du Président de la République. Mais ce lien entre le monument, les média et l’opinion publique n’est pas nouveau, il n’a même jamais cessé. Les historiens datent généralement la naissance de l’opinion publique au milieu du XVIIIe siècle, date qui correspond au lancement par Louis XV du projet de l’église Sainte-Geneviève devenue par la suite Panthéon national. Or, toutes les grandes questions qui ont travaillé l’opinion publique depuis ses débuts ont trouvé d’une manière ou d’une autre à s’exprimer dans les murs de ce monument en même temps que dans les média. En s’appuyant sur l’architecture et le décor ainsi que sur les tombeaux des Grands Hommes, la visite évoque les grandes crises qu’ont été la Révolution française, l’affaire Dreyfus et la guerre d’Algérie. Sont questionnées les représentations qui sont faites du Panthéon et de ses grands hommes dans les média.

  • Le Panthéon, comment devient-on un grand homme ?

    Panthéon

    Visite-atelier : 2h00
    Parcours-découverte : 1h30

    « Il ne suffit pas d’une action, fût-elle la plus sublime de toute, c’est par une longue suite de pensées, d’actions, et d’ouvrages, c’est en quelque sorte par toute une vie d’homme, conçue et exécutée sur des grandes vues qu’on mérite le titre de grand homme. »
    Ainsi a parlé l’Assemblée Constituante du 4 avril 1791.

    A partir de cette définition et des circonstances de cette déclaration, le Panthéon dévoile sa destination : « Aux Grands Hommes la Patrie reconnaissante ».
    Cette définition marque une distinction entre le Héros et le Grand Homme. Tous deux sont des modèles pour l’avenir et évoquent également notre passé. Néanmoins, la dimension de grands hommes impose le critère de la réalisation d’une grande œuvre sur toute une vie.

    De l’Antiquité aux Lumières, de la Révolution française au XXIe siècle, les valeurs de la République sont à l’honneur au Panthéon : laïcité, tolérance, liberté d’expressions... qui mènent au partage des idées, des savoirs…

    Les Grands Hommes sont donc honorés, commémorés, immortalisés parce qu’ils incarnent les principales valeurs de la société à une époque donnée.

    Atelier :
    Promus députés, les élèves doivent répondre à la terrible question :
    Qui faites-vous entrer aujourd’hui au Panthéon ?
    Les élèves sont répartis en plusieurs groupes égaux de 3 à 5. Incarnant des députés, ils sont amenés à débattre pour choisir de nouveaux panthéonisés. L’atelier peut se faire à partir d’un jeu de cartes spécialement conçu. Chaque groupe reçoit une carte par élève portant le nom d’un personnage et rappelant sa biographie.
    Selon le niveau des élèves, l’animateur sélectionne certains personnages. Chaque groupe propose ensuite à tour de rôle un personnage pour la panthéonisation. Le porte-parole du groupe monte à la tribune et doit justifier et défendre ce choix. Tout membre de l’Assemblée est invité à argumenter également pour ou contre. Après débat, le vote pour une panthéonisation se fait à main levée. S’il y a une majorité en faveur, le personnage devient Grand Homme. Des motions subsidiaires (recherches à faire, dossier à ré-examiner…) peuvent être votées.
    Le jeu est prétexte à débat et à qualification des critères de panthéonisation.

  • La laïcité : un processus

    Panthéon

    Visite-atelier : 2h00
    Parcours-découverte : 1h30

    Quoi de plus évident que le Panthéon pour illustrer de façon vivante et concrète le concept de laïcité !

    Le monument parle de lui-même. Le projet architectural remodelé par les révolutionnaires, mais aussi les décors peints et sculptés offrent quantité de points d’appui pour l’évocation du long cheminement qui mène du baptême de Clovis à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.

    Comprendre la laïcité, c’est comprendre un processus historique – tout le contraire d’une position dogmatique ! – résultant d’une réflexion longue de plusieurs siècles, n’excluant ni le débat, ni la négociation.

    A cette réflexion, les grands hommes du Panthéon ont pris leur part. On retrouve dans la crypte le tombeau de Voltaire, défenseur de Calas et du Chevalier de La Barre; celui de l’abbé Grégoire, rédacteur de la Constitution civile du clergé; celui du cardinal Caprara, négociateur du Concordat; mais aussi ceux de Condorcet, Hugo et Jaurès.En définitive, il ne manque en ces lieux qu’Aristide Briand dont la contribution à l’histoire de la laïcité fut décisive.

    Atelier :
    Un cahier des charges pour une nouvelle représentation de la laïcité au Panthéon est distribué aux élèves. Par groupe de deux ou trois, ils répondent à cette commande en s’appuyant sur une grille de questions. Ils doivent évoquer le contexte de la commande, aborder le choix du médium artistique utilisé et se pencher sur les modalités d’inauguration.
    Les différentes propositions sont présentées et discutées par l’ensemble des groupes.

Ressources